Bargylus et Marsyas : des vignobles et des guerres

Les obus, les blessés et les morts, c’était le quotidien du Liban. Aujourd’hui, comme par fatalité, c’est celui de la Syrie. Le destin sanglant de ces deux pays est fortement lié, mais pas seulement.

Sandro et Karim Saadé

Sandro et Karim Saadé

La famille Saadé, originaire de Syrie, est installée au Liban depuis longtemps. Chez les Saadé, le monde des affaires est un héritage familial qui remonte au XVIIIe siècle. Le grand-père, Gabriel, était impliqué dans le commerce des matières premières et l’exploitation agricole. Le père, Johnny, a fondé un petit empire de transport maritime et terrestre. Les deux fils, Sandro et Karim, viennent de reprendre les commandes et se lancent dans la production de vin. Une passion.
Rien n’est laissé au hasard. Leur double origine, syrienne et libanaise, a imposé l’achat de terres aussi bien dans la plaine de la Bekaa au Liban que sur le Mont Bargylus, en Syrie. Pour les conseillers, ils font appel à Stéphane Derenoncourt, consultant bordelais qui suit les deux domaines.

Château Bargylus, coupé du monde

Domaine Bargylus

Domaine Bargylus

En Syrie, le lieu « Mont Bargylus », aujourd’hui connu sous le nom de Jebel Al-Ansariyé, a donné son nom au vignoble. C’est dans l’histoire romaine que les deux frères ont fouillé pour faire renaître le vin qui était expédié par les Phéniciens et les Romains en Egypte, en Grèce et à Rome. Le vignoble faisait déjà la gloire de la région il y a 2 000 ans.
Situé dans l’arrière pays de Lattaquié, le vignoble s’étend sur 2 000 m2 à 900 mètres d’altitude, une situation favorable avec des différences importantes de température entre le jour et la nuit, favorisant ainsi la naissance des arômes. Les vents marins venus de la Méditerranée favorisent les pluies. Les étés sont raisonnablement chauds ; ce qui permet d’obtenir de longues et bonnes maturités. Les automnes, souvent précoces, favorisent une lente maturation phénolique tout en préservant l’acidité des raisins et leur fraîcheur aromatique.
Le vignoble est aussi situé sur une faille géologique. D’un côté, les sols sont calcaires, des calcaires exceptionnels ; de l’autre, le calcaire se mêle à des silex ce qui exalte la minéralité des vins. Les liens entre ces deux sensibilités de la terre sont les argiles. Elles forgent la personnalité et la complexité des rouges.
Tout est beau, et pourtant… L’environnement politique actuel rend le travail et le suivi très compliqué. Impossible pour les deux vignerons de se rendre en Syrie. La situation est particulièrement dangereuse. Le travail est assuré par l’équipe locale restée sur place et des échantillons sont régulièrement analysés en France par leur consultant bordelais. Le résultat est plus que satisfaisant.
BargylusBottle_Red2009BargylusBottle_White2009Le rouge (40% syrah, 35% cabernet sauvignon, 25% merlot) est puissant, chaleureux, alcoolisé avec une finale mentholée et élégante, équilibrant cet alcool.
Le blanc (60% chardonnay, 40% sauvignon blanc) est remarquablement équilibré, l’amertume est bien maîtrisée. Le vin est assez long et agréable.

 

 

Château Marsyas, au jour le jour
Au Liban, le choix était plus simple. Une plaine ? Non. Un plateau qui s’étend du nord au sud du pays, entre le Mont Liban et l’Anti-Liban, à une altitude qui frise les 1000 mètres. Le domaine s’étend sur 50 hectares. Les alluvions accumulées ont engendré un sous-sol calcaire compact, une roche-mère couverte par une pellicule de terre de 40 à 50 cm. Ce sol rouge qui trahit la présence de fer et des pierres blanches, forment un ensemble argilo-calcaire favorable à la vigne.
La singularité de ce terroir réside donc dans ces calcaires qui transcendent les arômes classiques des cépages. Ce même calcaire oblige les racines de la vigne à puiser en profondeur dans la terre à la recherche des éléments nutritifs dont elle a besoin.
Au climat aride, s’ajoute la situation politique complexe du pays du Cèdre. Elle n’est pas aussi dramatique qu’en Syrie, pour le moment en tout cas. Personne ne peut savoir ce que réserve l’avenir dans un pays régit par 18 communautés différentes.
Le rouge (50% cabernet sauvignon, 30% syrah, 15% merlot, 5% petit verdot) est un grand vin complexe, mentholé et réglissé. La texture est suave, grande longueur, magnifique classe. Un grand cru méditerranéen.
Capture d’écran 2013-02-22 à 15.24.42Le blanc (60% chardonnay, 40% sauvignon blanc) est frais avec un côté légèrement beurré apportant au vin une belle structure en bouche. Parfums de pêches blanches, litchis et fruits de la passion. Finale longue.
Au final, rien n’est facile et pas aussi simple. Pour faire un bon vin, certains sont dépendants des aléas du climat alors que d’autres sont otages d’une situation géopolitique très complexe.

Hicham Abou Raad

Tarifs
Château Marsyas blanc 2010 : 24 €
Château Marsyas rouge 2009 : 32 €
Domaine de Bargylus blanc 2008 : 25 €
Domaine de Bargylus rouge 2007 : 35 €

Points de vente (France)
Lavinia
Caves Legrand
Caves Augé
Wine by One
Taillevent
Wineandco

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Bargylus et Marsyas : des vignobles et des guerres

  1. Et toi, tu dis rien, petit cachottier…
    Bravo et bienvenue au club

  2. Ping : Bargylus et Marsyas : des vignobles et des guerres | Charliban Wine | Scoop.it

  3. Ping : Syrie : le pire pour le vin, c’est la guerre ! | Alexis Sabourin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s